Linepithema humile

La Fourmi d'Argentine, originaire d'Amérique du Sud, forme une supercolonie qui va des côtes italiennes aux côtes espagnoles en passant par la France, et extermine les espèces déjà en place.


Catégories :

Hyménoptère (nom scientifique) - Fourmi - Espèce invasive

Recherche sur Google Images :


Source image : scienceblogs.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La première espèce, Linepithema humile, est invasive, unicoloniale et ... dans les spermathèques de quelques espèces de fourmis et de montrer que les reines... (source : theses.ulb.ac)
  • c'est la terreur des fourmis Corse. Je l'ai trouvé partout dans le ... Linepithema humile est présente dans toutes l'île sur le littoral.... (source : akolab)
  • car malheureusement pour les producteurs, ces fourmis font de gros... Linepithema humile est présente en force sur la majorité des plages... (source : antarea)
Wikipédia:Lecture d'une taxoboxComment lire une taxobox
Fourmis d'Argentine
Linepithema humile
Linepithema humile
Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Hymenoptera
Famille Formicidæ
Sous-famille Dolichoderinæ
Genre Linepithema
Nom binominal
Linepithema humile
Mayr, 1868
Synonymes
  • Iridomyrmex humilis (Mayr, 1868)

La Fourmi d'Argentine (Linepithema humile), originaire d'Amérique du Sud, forme une supercolonie qui va des côtes italiennes aux côtes espagnoles en passant par la France (soit plusieurs centaines de kilomètres), et extermine les espèces déjà en place.

Écologie

L. humile présente de grandes colonies polygynes, pouvant changer de lieu aisément s'il y a des variations des conditions environnementales. Les colonies se multiplient par «bouturage» ou sociotomie, c'est-à-dire par scission d'une colonie-mère polygyne en plusieurs colonies-filles, au moment où les fourmilières sont surpeuplées. Une reine quitte le nid d'origine, accompagnée d'une partie des ouvrières. Les relations qui subsistent entre ces différents nids expliquent la nature polycalique des sociétés. Si ces liens sont rompus, une nouvelle société est fondée (Silverman et Nsimba, 2000) Ce dispositif facilite la formation de nouvelles colonies, tout en évitant les dangers des vols nuptiaux (Benois, 1973; Jenkins, 1948).

Dans un hôpital chilien, on a montré que les fourmis d'Argentine étaient porteuses de micro-organismes responsables de redoutables infections nosocomiales.

Une espèce invasive

Elle a été accidentellement exportée grâce au commerce dans d'autres partie du monde durant le XIXe et XXe siècle (Lodge, 1993 ; Williams, 1994 ; Suarez et al., 2001), surtout aux États-Unis, en Europe, en Afrique du Sud, en Australie et diverses îles (Passera, 1994; Holway, 1999; Suarez, et al., 2001). En Europe, elle est signalée en France en 1906, dans les Alpes Maritimes par Marchal (1917), au Portugal en 1921 et en Espagne en 1923 (Martinez, et al., 1997). Son expansion dans le Var et dans les Alpes-Maritimes est signalée par Marchal (1917) puis par Chopard (1921) dans et tout autour de Cannes en 1921. Bernard (1950) signale son expansion entre 1925 et 1935 dans de nombreuses localités des Maures. Depuis elle n'a jamais cessé de s'étendre sur le littoral méditerranéen. Dans l'arrière pays, les foyers sont plus épars (Benois, 1973). La fourmi d'Argentine est citée pour la première fois en Corse en 1960, à Calvi (Bernard, 1960). Quarante ans plus tard Casewitz-Weulersse et Brun (1999) notent la présence de cette espèce dans quelques sites sur la côte corse. Dans les zones où elle est apparue, elle s'est révélée particulièrement agressive envers les autres espèces, allant jusqu'à détruire les colonies autochtones. Elle a un comportement aussi destructeur vis-à-vis de la flore et surtout des bourgeons. Enfin, elle n'hésite pas à envahir les habitations humaines à la recherche de sucre.

Une fois en Europe, ces colonies de fourmis ne disposent plus des éléments génétiques marquant leur appartenance à un «clan», et donc ne sont plus agressives les une envers les autres. Cependant, prévoit Laurent Keller, «on peut s'attendre à ce qu'un tel dispositif soit instable. Lorsque des fourmis de nids différents s'entraident, la naissance de reines en surnombre est favorisée et le nid manque d'ouvrières. Cela conduit normalement la colonie à sa perte.»

En une seule année, en Louisiane, on a piégé dans un verger de citronniers de 10 hectares 2 milliards d'ouvrières accompagnées de 1 307 000 reines. Soit à peu près 20 000 ouvrières et 13 reines au mètre carré, tandis que la concentration est bien plus modeste généralement (500 individus au m²). Dans les régions envahies par L. humile, en France, se sont en premier lieu les Orangers, Mandariniers et Citronniers, puis les Figuiers, les Cerisiers, les Pêchers, les Poiriers, voir la Vigne qui sont touchés. Dans les cultures maraichères, les Haricots sont fréquemment presque totalement détruits par les Puceron (Chopard, 1921).

Liste des sous-espèces

  • Linepithema humile angulatum
  • Linepithema humile arrogans
  • Linepithema humile breviscapum
  • Linepithema humile gallardoi
  • Linepithema humile humile
  • Linepithema humile platense
  • Linepithema humile scotti

Voir aussi

Références externes

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : humile - linepithema - fourmis - espèces - colonies - argentine - mayr - 1868 - ouvrière - famille - france - 2001 - reine - nid - europe - 1921 - sud - côtes - société - polygyne -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Linepithema_humile.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu